ARTICLE
Télétravail et alimentation

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Télétravail et alimentation saine

Bien se nourrir lorsque l’on reste chez soi pour travailler, est-ce plus difficile ?

Le confinement bouleverse nos habitudes. Le télétravail remplace désormais le bureau de l’entreprise pour des millions de personnes.

Comment bien s’organiser ?

L’expérience des travailleurs indépendants, habitués à œuvrer chez eux, est éclairante. Voici leurs meilleurs conseils :

  • établir un planning quotidien de ses tâches.
  • se fixer des objectifs.
  • avoir un bureau prêt et dégagé chaque matin.
  • respecter les horaires de travail, et par conséquent des temps de pauses.
  • appliquer la technique de la « tomate » : 20 minutes de concentration et 5 minutes de pause.
  • ponctuer sa journée solitaire d’échanges avec l’extérieur sans en abuser.
  • consulter ses mails à heures fixes pour éviter la déconcentration.
  • remettre à ses horaires libres : le ménage, la lessive, les courses, etc.
  • faire du sport : la toile regorge de coachs qui partagent leur savoir-faire.

En bref, conservez au mieux votre rythme et vos rituels habituels. Ainsi, le matin, avant de commencer à travailler, préparez-vous comme si vous alliez partir au bureau. Chaussures comprises !

Comment bien se nourrir ?

La règle du « rien ne change » s’applique également au régime alimentaire ! La lunchbox reste au placard, mais ce n’est pas une raison pour manger n’importe quoi. L’abus de plats préparés, de sucreries ou de snacks a toutes les chances de fatiguer votre organisme et ralentir votre concentration. Pour bien fonctionner, le cerveau a besoin de nutriments spécifiques.

En outre, il convient de manger raisonnablement en adaptant les quantités en fonction de son activité. Moins facile à appliquer en temps de confinement, par définition anxiogène ! Or, la nourriture a la capacité d’apaiser les flux émotionnels (colère, inquiétude, impatience…). Elle rassure. Pour éviter le recours excessif aux aliments « doudous » la plupart du temps gras et sucrés, la meilleure recette est de se préparer une belle assiette. Couleurs, textures, saveurs différentes comblent les sens.

D’autre part, il est essentiel de conserver ses rythmes. Petit-déjeuner avant d’allumer son ordinateur, déjeuner et dîner à heures fixes.

  • prévoir ses repas sur la semaine comme on le fait d’ordinaire. 
  • faire ses courses une fois par semaine et préparer quelques plats à l’avance.
  • ne pas s’y prendre au dernier moment pour s’installer à table. Prévoir le temps de faire réchauffer, préparer une entrée ou un dessert simples.
  • partager si possible avec des membres de sa famille s’ils sont présents.

Etre attentif à ses sensations

Chez soi, pas d’attente, pas de transport pour se rendre à la cantine d’entreprise, pas de casse-croûte au coin du bureau. Cette parenthèse de télétravail est l’occasion de se reconnecter à ses sensations alimentaires.

Le rassasiement gustatif : l’aliment en bouche a apporté du plaisir mais après quelques bouchées, la saveur paraît plus fade. Que l’assiette soit ou non terminée, cette absence de plaisir est le signal qu’il est temps d’arrêter. Ce critère est fiable pourvu que l’on sache écouter cette sensation.

La sensation de « ventre plein » : le sentiment de satiété ne parvient au cerveau que 15 minutes après l’ingestion des aliments. C’est donc un critère peu fiable. Il prolonge le repas, alors même que l’organisme a son comptant de nutriments.

Isabelle Bruno.

Quelques bases pour bien manger

Petit déjeuner : le repas qui vous permet de récupérer après le jeûne nocturne et à la déshydratation.

Les faibles réserves de glucose sont au réveil insuffisantes pour fournir l’énergie dont ont besoin le cerveau et les muscles. Le petit-déjeuner doit donc être considéré comme un repas à part entière.

  • Boisson chaude : préférer un thé léger au café.
  • Oligoéléments : eau en quantité.
  • Fibres : pain complet et fruits régulent le transit intestinal.
  • Acides gras polyinsaturés : amandes, noix, noisettes… pour mettre en route les capacités cognitives.
  • Glucose : miel plutôt que confiture au sucre blanc pour fournir de l’énergie.
  • Protéines : œuf, fromage blanc, jambon blanc.

Déjeuner

Ni trop, ni pas assez. Un repas copieux peut ralentir l’activité de l’après-midi, la digestion étant une grande consommatrice d’énergie. Un repas trop léger ne comblera pas les besoins nutritionnels, la faim peut se manifester bien avant le dîner.

Priorité aux végétaux cuits + féculents (céréales complètes) et protéines – légumineuses, poisson, viande blanche. Les crudités sont à consommer avec parcimonie, tous les intestins ne les supportent pas.

Vers 17 h : un fruit ou une poignée d’oléagineux pendant la pause.

Buvez tout au long de la journée de l’eau si son goût convient ou des boissons plaisir (eau+citron) par exemple en limitant toutefois les jus de fruits trop sucrés.

Faim tout le temps ? Respirer, se détendre, faire quelques pas dans la maison, s’aérer sur le balcon, boire un verre d’eau, passer un coup de fil important pour détourner son attention.

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
26

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas