ARTICLE

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Les plantes de nos cuisines

Condimentaires, aromatiques et épices : des simples pas si simples !

Plantes aromatiques ou condimentaires ?

On désigne par plantes aromatiques toutes celles que l’on ajoute aux aliments pour les parfumer ou les aromatiser : laurier, thym ou menthes par exemple. 
Les plantes condimentaires sont quant à elles incorporées à un plat pour en relever le goût : le raifort (racine), l’oignon, l’ail, la salicorne ou les boutons floraux de capucine…

Que sont les plantes aromatiques ?

Les plantes aromatiques font partie de notre patrimoine affectif et gustatif. Nous avons tous fait honneur aux plats familiaux relevés d’un bouquet garni, voyagé avec les épices, dégusté les herbes fraîches des étés caniculaires…
Ces aromatiques, dont l’inventaire s’est enrichi au fil des siècles, sont parées de nombreuses vertus. Elles accompagnent toutes les gastronomies du monde et occupent une place essentielle dans les médecines traditionnelles.
Donner une définition de ce qu’est une plante aromatique n’est pas chose aisée. L’appellation désigne de manière générale les plantes comestibles utilisées en cuisine. Cette définition est insuffisante puisqu’elle recouvre différentes familles de plantes ou d’épices. Les botanistes eux-mêmes hésitent. Les Anglo-Saxons qualifient d’« herbes », les plantes contenant de la chlorophylle et d’« épices » celles qui n’en ont pas. 
Elles se distinguent, pour d’autres, par leur action sur nos sens. Les aromates parfument les plats sans en modifier la saveur : elles font appel à l’odorat. Les épices modifient le goût des préparations sollicitant nos perceptions gustatives. Cependant les débats sont vifs, car certaines épices sont aussi des aromates et inversement !

Une multitude d’espèces aromatiques

La liste des plantes aromatiques est aussi longue que celle des terroirs sur lesquels elles s’enracinent. Le meilleur exemple de cette diversité est peut-être le thym : des centaines de variétés sauvages ou cultivées, chacune ayant des propriétés propres tout en conservant bien sûr des caractères communs. Certaines espèces apaiseront mieux les voies respiratoires et d’autres les voies digestives par exemple... avant d’en planter dans votre jardin, étudiez leur composition chimique (ou chémotype) et vos besoins !

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :