ARTICLE

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Les plantes médicinales

Le long apprentissage du pouvoir thérapeutique des plantes.

Une histoire de plusieurs millénaires

On estime à l’heure actuelle que les premiers villages permanents sont apparus entre l'an 12 500 et l'an 7 500 av. J.-C. Au Moyen-Orient, en Chine, au Sahara, dans les Andes, ces communautés diversifient leurs ressources nourricières en pratiquant l’élevage et la culture des semis.

Y avait-il déjà à cette époque des jardins de « simples », autre nom pour les plantes médicinales ?

Les Chinois attribuent à Shen Nong (2 800 av.  J.-C.) le premier inventaire des remèdes à base de plantes. Ainsi, dans la pharmacopée chinoise, passée maîtresse dans l’utilisation des plantes à des fins médicinales, de nombreuses préparations intègrent des parties de plantes ou des plantes toxiques qui, une fois cuites ou macérées deviennent de véritables médicaments.

L’Égypte et la Grèce, les empires arabes disposaient aussi d’une riche pharmacopée. En Occident, il faudra attendre le Moyen Âge pour que se développe grâce aux savoirs monastiques l’usage des herbes comme remèdes officinaux.

Un usage simple et quotidien des vertus des plantes

Les plantes aux pouvoirs thérapeutiques se retrouvaient à la fois dans les potions, breuvages magiques, préparations diverses (emplâtres, cataplasmes, décoction, etc.) et dans les marmites… Les soupes d’herbes et tourtes vertes comblaient les carences en vitamines et fibres des paysans.

Jusqu’à récemment, les placards de nos grands-mères conservaient le tilleul apaisant, le thym contre les refroidissements, la camomille pour les maux digestifs, tous servis en tisanes et décoction.

Cuisine et santé ne furent dissociées que tardivement avec l’apparition de l’industrie agroalimentaire et la domination de la médecine allopathique après la Seconde Guerre mondiale.

Les plantes dans la pharmacopée

L’usage ancestral des plantes et de leurs huiles essentielles a donné naissance aux premières pharmacopées de l’histoire de la médecine. Les pharmacopées ont pour but la collecte des informations connues sur une substance et se sont donc enrichies au fil du temps. Elles se composent de monographies harmonisées par des instances internationales telles que l’OMS ou nationales.

Les plantes sont désormais présentes dans les pharmacopées modernes pour leurs principes actifs. Les chimistes isolent leurs molécules pour en déterminer les toxicités éventuelles. Sur plusieurs milliers de composés analysés, il peut arriver que seulement l’un d’entre eux soit élu en tant que principe actif et transformé en médicament ou en complément alimentaire au terme de plusieurs années d’études et de tests cliniques. Rappelons qu’une large part des médicaments modernes est issue des plantes.

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1