ARTICLE
L’épigénétique a son rôle à jouer sur l’expression des maladies génétiques.

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Epigénétique et santé

Le contexte dans lequel chacun vit est-il susceptible de modifier l’activité des gènes d’un individu ?

En 1905, William Bateson définissait la génétique comme la science de la transmission héréditaire des caractéristiques d’un individu. Dans la revue Nature le 25 avril 1953, James Watson et Francis Crick dévoilent au monde scientifique la structure en double hélice de l’ADN. Le code génétique peut dès lors être décrypté. La science balbutiante qu’était encore la génétique change alors de dimension avec le succès que l’on sait.

Pourtant, devait-on malgré tout adhérer à l’idée que les gènes à eux seuls expliquent tout ? Déjà en 1942, avant même la découverte de l’ADN, le généticien Conrad Hal Waddington évoque l’épigénétique (à comprendre comme "au-dessus de la génétique"). La vie, en somme - ce que l’on mange, boit, respire, conçoit, éprouve, etc. - influerait sur la destinée génétique.

Vrai ou faux ? 
Le débat prend un tour concret dans les années 1970 grâce aux études moléculaires sur la différenciation cellulaire. Il était désormais possible d’étudier l’activité des gènes. « L’épigénétique correspond à l’étude des changements dans l’activité des gènes, n’impliquant pas de modification de la séquence d’ADN et pouvant être transmis lors des divisions cellulaires, précise l’Inserm, contrairement aux mutations qui affectent la séquence d’ADN, les modifications épigénétiques sont réversibles. »

On sait depuis peu par exemple que le développement et la progression de certaines maladies neurodégénératives et métaboliques sont influencés par l’épigénétique, tout comme la survenue de maladies chroniques tardives. On sait également que certaines maladies génétiques verront leur expression ou leur apparition accélérée, retardée voire annihilée en fonction du mode de vie du porteur de l’anomalie.

L’épigénétique est au cœur de tous les débats scientifiques, qu’ils concernent la médecine préventive, les traitements des maladies incurables, l’éducation thérapeutique du patient, mais également, la nutrition, le mode de vie, la pollution, etc.

Isabelle Bruno.

Maîtriser les notions essentielles pour mieux comprendre son corps ou adopter les bonnes habitudes, voilà l’objectif de cette nouvelle série ! Suivez nos vidéos sur www.pensersante.fr ou notre chaine Youtube.

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
17

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

Profile picture for user chiraz
Anonyme Mardi 14 avril 2020

La vie utérine et l'enfance on l'a metrise pas

isabelle Mardi 14 avril 2020

Bonjour, merci pour votre commentaire. Bien entendu, le sujet n'est pas la maîtrise de tout, mais l'impact de l'environnement sur l'état de santé. La prévention est au coeur de nos préoccupations. Bien cordialement. Rédaction Penser Santé

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
8
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
5
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
14
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
5