ARTICLE
L’alcool nuit à la nuit

Pour aller plus loin

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

L’alcool nuit à la nuit

La consommation d’alcool avant de dormir a des répercussions néfastes sur la qualité du sommeil

Boire ou bien dormir, il faut choisir. Seul effet « positif » d’une consommation de boisson alcoolisée avant le coucher : une sédation et un endormissement plus rapide, conséquences de l’effet dépresseur de l’éthanol sur le système nerveux. La présence d’alcool dans l’organisme nuit en revanche à la qualité intrinsèque du sommeil en perturbant ses cycles naturels. Chaque phase de sommeil lent est hachée et prolongée, au détriment des phases de sommeil paradoxal (ou REM) assurant une bonne récupération physiologique et psychique.

Ronflements et apnées en hausse

Au-delà de l’altération des cycles nocturnes, l’alcool accroît le risque de ronflement via le relâchement des muscles de la luette, de la langue et du voile du palais, qui vibrent plus facilement et plus fort. La ronchopathie (synonyme scientifique de « ronflements ») peut entraîner des micro-réveils, voire déboucher sur une apnée du sommeil : des pauses respiratoires répétées, préjudiciables à la récupération. Sans oublier les désagréments auditifs pour les éventuels compagnons de chambre.

Sommeil léger et déshydraté

Boire avant le coucher s’accompagne également d’une forte déshydratation liée aux mécanismes physiologiques d’élimination de l’alcool et d’une inhibition de la sécrétion de vasopressine, principale hormone antidiurétique humaine. En clair : le dormeur a (très) soif, un besoin d’uriner fréquent et des sueurs nocturnes. Autant de perturbateurs du sommeil, auxquels s’ajoute une possibilité d‘insomnie ou de réveil précoce pour les personnes les plus sensibles.

Au final, si la qualité du sommeil dépend en partie de la dose ingérée et des spécificités individuelles, la consommation d’alcool est invariablement déconseillée moins de 2 heures avant d’aller au lit, afin d’assurer une élimination suffisante (à défaut de totale, qui demande en moyenne de 4 à 6 heures). Un réflexe à adopter pour préserver sa nuit et sa santé.

Olivier Vachey, pharmacien

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
30

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
24
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
9
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
14
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
5