ARTICLE
Les effets des PE plus graves pour le foetus et l’enfant

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

L’ effet « fenêtre » : périodes de sensibilité accrues

Le fœtus et l’adolescent sont particulièrement touchés par les perturbateurs endocriniens.

L’effet « fenêtre »

Entre 1957 et 1961, des milliers de femmes enceintes auront recours à un médicament, la thalidomide pour soulager leurs nausées. 8 000 enfants naitront atteints de phocomélie, particulièrement handicapante. La thalidomide fut retirée du marché et les causes de ces malformations des membres recherchées.

Les expertises révélèrent alors que seuls les enfants dont les mères avaient consommé le médicament entre la 5e et la 8e semaine de gestation étaient atteints. De surcroît, peu importait la dose prescrite et consommée. Une très faible dose suffisait à enclencher le processus cellulaire menant à la phocomélie. 
La période d’exposition au poison aurait donc autant d’importance voire plus que la dose ?

L’hypothèse fut confirmée, tragiquement, par un autre scandale pharmaceutique lié au distilbène (interdit en France depuis 1977). Les femmes traitées dont la grossesse se situait entre la 6e et la 17e semaine donnèrent naissance à des enfants souffrant de malformations de l’appareil génital.

Il devenait possible d’en déduire que la relation temps-effet était plus importante que la relation dose-effet. L’effet toxique d’une substance serait induit par la période d’exposition. C’est ce que l’on appelle « l’effet fenêtre ».

Préserver les jeunes des perturbateurs endocriniens

Cet effet serait particulièrement prononcé pour les perturbateurs endocriniens.

Les conséquences d’une exposition précoce auraient pour conséquence de « marquer » certains gènes transmis à leur descendance, comme le montre l’exemple du distilbène : sur deux ou trois générations, les femmes peuvent souffrir des mêmes malformations.

En matière d’exposition aux perturbateurs endocriniens, les femmes enceintes ou souhaitant le devenir doivent donc se montrer particulièrement vigilantes.

De plus, l’effet « fenêtre » se prolongeant jusqu’à l’adolescence, en l’état des connaissances du moins, les parents porteront une attention particulière à l’environnement des enfants.

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4