ARTICLE
L’enquête alimentaire : un levier pour changer d’habitudes alimentaires

Pour aller plus loin

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

À quoi servent les enquêtes alimentaires

À l’échelle d’un individu, d’une région, d’un pays ou de la planète, elles révèlent les liens entre alimentation et santé.

Pour améliorer son quotidien

Médecins nutritionnistes et diététiciens sont familiers des enquêtes alimentaires. Obésité, diabète, cholestérol, troubles du comportement alimentaire, hypertension… de nombreuses situations demandent une connaissance approfondie de l’assiette de son patient !

L’évaluation de ses apports nutritionnels permet de détecter la cause même d’une pathologie ou encore d’améliorer le quotidien du malade par la suppression d’un certain type d’aliments ou l’élaboration d’un régime spécifique. L’éducation nutritionnelle s’inscrit donc pleinement dans le champ de l’éducation thérapeutique. Il s’agit alors d’apprendre à mieux manger pour se préserver et appliquer de fait les bonnes pratiques alimentaires. Elle permet d’agir préventivement.

Lorsqu’elle est individuelle, l’enquête alimentaire peut ou non entrer dans une cohorte de données épidémiologiques, avec toujours, le consentement du patient !

Enquête alimentaire région Occitanie – Alimentation grande cause régionale 2018

En région Occitanie, une enquête à grande échelle sur l’alimentation et ses filières économiques

Pour mettre en évidence les liens entre alimentation et santé

L’épidémiologie nutritionnelle a, quant à elle, pour principal objectif d’évaluer s’il y a, pour un ou des groupes d’individus,un risque de développer certaines pathologies en fonction de leurs modes de consommations alimentaires.

Elle peut concerner un groupe-cible (les enfants, séniors, adolescents, malades chroniques…) ou une zone géographique (région, pays, continent…).

Les données épidémiologiques peuvent être associées à d’autres informations pour dresser des hypothèses solides sur la toxicité d’un type d’aliment ou les bienfaits d’un régime. Que l’on pense à la renommée du régime méditerranéen par exemple.

En France, les recommandations du PNNS prennent en compte, entre autres, les résultats de l’enquête INCA. Apports nutritionnels conseillés pour telle ou telle population, doses toxiques maximales tolérées par l’individu, recommandations pour ou contre certains aliments, législation… ces études influencent la vie sociale autant que la vie de la personne ainsi que le démontre l’enquête menée par la région Occitanie qui a fait de l’alimentation une grande « cause régionale ».

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
3

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :