ARTICLE
Curcuma, gingembre, harpagophytum : plantes anti-inflammatoires

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Top 5 des plantes anti-inflammatoires

Diverses plantes et épices, dont certaines bien en vue dans votre cuisine, ont des vertus anti-inflammatoires reconnues.

Le gingembre

Le gingembre est une plante vivace : sa partie aérienne est formée de feuilles et tiges donnant des fleurs blanches ou jaunes avec des pointes de rouge. La partie souterraine et pulpeuse, le rhizome, est celle couramment utilisée et consommée.

Le gingembre est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreuses vertus, et la médecine ayurvédique de l’Inde ancienne l’utilise pour soulager les douleurs inflammatoires rhumatismales. Ces propriétés traditionnelles sont de plus en plus reconnues et confirmées par la recherche. Ainsi, plusieurs études comparent l’efficacité du gingembre à celle de médicaments anti-inflammatoires comme l’ibuprofène(1). Le gingembre semble ainsi avoir un effet significatif sur la diminution des douleurs menstruelles chez la femme(2), il soulage les douleurs rhumatismales(3) et est efficace dans le traitement symptomatique de l’arthrose.

Les propriétés anti-inflammatoires du gingembre sont liées à la présence de composés actifs, les gingérols, qui donnent au gingembre frais son goût piquant.

Les gingérols exercent leur effet anti-inflammatoire en inhibant la synthèse des prostaglandines et des leucotriènes, médiateurs pro-inflammatoires de l’organisme.

En pratique, le gingembre se consomme frais (râpé, mariné), séché (moulu, en poudre) ou confit, mais aussi en infusion. En usage externe, l’application peut se faire sous forme d’huile essentielle de gingembre ou en cataplasme sur la partie douloureuse.

La "gingembrette" : une boisson tonifiante

Broyer environ 100 g de gingembre, ajouter 1 litre d'eau bouillante, laisser macérer environ 1 heure. Passer ce mélange au tamis pour enlever la pulpe du gingembre. Ajouter le jus d'un ou plusieurs citrons et du sucre en fonction de votre goût. Vous pouvez consommer cette boisson concentrée diluée avec de l'eau ou des jus de fruits.

Le curcuma

De la même famille botanique que le gingembre, le curcuma est l’épice miracle du moment. Utilisé depuis très longtemps comme anti-inflammatoire dans les médecines traditionnelles chinoise et ayurvédique, le curcuma est l'un des composants principaux du curry indien. Sa racine, ou rhizome, est utilisée réduite en poudre.
Elle doit sa couleur orange caractéristique à la présence de molécules appelées curcuminoïdes, qui font aujourd’hui l’objet de nombreuses études dans de multiples domaines, dont la lutte contre le cancer et l’inflammation. Parmi elles, la curcumine est aujourd’hui reconnue comme étant l’une des molécules actives du curcuma, aux propriétés à la fois antioxydantes et anti-inflammatoires.

La curcumine module l’inflammation en inhibant de nombreux médiateurs chimiques pro-inflammatoires(4). Ainsi, de nombreuses études démontrent le potentiel anti-inflammatoire de la curcumine, aussi bien dans l’arthrose et les troubles ostéo-articulaires(5) que dans l’inflammation intestinale(6).

En cuisine, cette épice est présente dans de nombreuses recettes variées. Le plus difficile sera de se procurer du curcuma frais ou fraichement moulu. Au-delà d'un certain temps de stockage, les produits en poudre perdent leurs bienfaits.

La consommation de curcuma dans les compléments alimentaires est sans risque sur la santé si la dose est inférieure à 153 mg par jour pour un adulte de 60 kg selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES). Cette dose est valable pour des formulations utilisant des formes dites classiques (poudre de rhizome de curcuma, extraits de curcuma enrichis ou non en curcumine).

Certaines formes augmentent la biodisponibilité de la curcumine (associations de curcumine et de pipérine ou d’huile essentielle de curcuma, complexe phytosomal, micelle, nanoparticules colloïdales, encapsulation par cyclodextrines…). Dans ce cas, l'étiquette doit porter les données de biodisponibilité permettant de fixer une dose maximale d'apport journalier. Il convient de ne pas les associer avec d'autres produits contenant du curcuma. Son usage est déconseillé aux personnes souffrant de pathologies biliaires, sous anti-coagulants, aux femmes enceintes et allaitantes si le curcuma est associé au poivre, aux jeunes de moins de 18 ans.

Le poivre

On l’a en permanence dans nos placards de cuisine mais on ignore souvent les bienfaits ! Le poivre est une liane tropicale originaire d’Inde dont les baies sont consommées en cuisine. Il doit son goût piquant à la pipérine, une substance aux propriétés anti-inflammatoires et anti-microbiennes. Par ailleurs, la pipérine augmente l’effet de plusieurs autres anti-inflammatoires comme le curcuma.

La curcumine issue du curcuma que l’on mange n’est que très faiblement absorbée par l’intestin et rapidement éliminée par l’organisme. Or, la pipérine favorise cette absorption et limite l’élimination : la consommation simultanée de curcuma et de poivre multiplierait par 20 la biodisponibilité de la curcumine !

Lait d'or ou curcuma latte : une boisson anti-inflammatoire

Mélanger dans une casserole 1 cuillère à café de curcuma, 1 pincée de gingembre, 1 pincée de poivre, 1 pincée de cannelle à 200 ml de boisson végétale (soja, amandes...). Enrichir éventuellement la boisson avec 1 cuillère à café d'huile de coco et/ou de miel. Chauffer et couper le feu quand la préparation frémit. A boire chaude ou tiède.

L’harpagophytum

Appelée griffe du diable en référence à ses fruits dotés de crochets, l’harpagophytum est une plante poussant dans des conditions extrêmes : le désert du Kalahari, au Bostwana et en Namibie. Sa racine est riche en composés actifs, les harpagosides, qui ont montré leurs effets sur des douleurs rhumatismales en diminuant les raideurs, par leur action anti-inflammatoire et anti-douleur. L’Agence Européenne de Médecine reconnait même son usage traditionnel en cas de douleurs articulaires inflammatoires. En effet, les harpagosides inhibent la voie de synthèse des eicosanoïdes, une famille de molécules impliquées dans l’inflammation. Ils évitent également le relargage du TNF-alpha (Tumor Necrosis Factor), une cytokine importante qui augmente en cas d’inflammation(7).

L’harpagophytum représente donc une bonne alternative aux anti-inflammatoires de synthèse(8), qui pour la plupart entraînent des troubles au niveau du tube digestif. Toutefois il est déconseillé de l'utiliser en compléments alimentaires en cas de calculs biliaires, d’ulcère gastrique ou duodénal.

Le saule et la reine des prés, aspirines naturelles

Originaire d’Europe, le saule est réputé depuis l’Antiquité pour calmer les maux de tête et les douleurs inflammatoires, notamment les douleurs articulaires provoquées par les rhumatismes et l’arthrose, ainsi que pour faire baisser la fièvre (antipyrétique).

L’écorce de saule contient des dérivés salicylés, notamment la salicyline. Cette substance anti-inflammatoire et antalgique est très similaire à l’acide acétylsalicylique présent dans l’aspirine et possède les mêmes propriétés sans en avoir les effets indésirables au niveau de l’estomac.

L’écorce de saule était ainsi couramment utilisée jusqu’à la fin de XIXe siècle et le début de la synthèse en laboratoire d’acide acétylsalicylique à partir de dérivés salicylés découverts dans une plante, la reine des prés. Celle-ci, également appelée spirée, donna ainsi son nom au célèbre médicament, l’aspirine.

Natacha Calmels


1. Rahnama P. et al. « Effect of Zingiber officinale R. rhizomes (ginger) on pain relief in primary dysmenorrhea: a placebo randomized trial » BMC Complementary and Alternative Medicine (2012).
2. Ozgoli G. et al. « Comparison of effects of ginger, mefenamic acid, and ibuprofen on pain in women with primary dysmenorrhea. » J Altern Complement Med. (2009). 
3. Altman R. D. et al. « Effects of a ginger extract on knee pain in patients with osteoarthritis » Arthritis & Rheumatism (2001).
4. Sahebkar A. « Are curcuminoids effective C-reactive protein-lowering agents in clinical practice? Evidence from a meta-analysis. » Phytother Res. (2014).  
5. Chin K.Y. « The spice for joint inflammation : anti-inflammatory role of curcumin in treating osteoarthritis » Drug Des Devel Ther (2016). 
6. Bereswill S. et al. « Anti-Inflammatory Effects of Resveratrol, Curcumin and Simvastatin in Acute Small Intestinal Inflammation. » PLOS ONE (2010). 
7. Fiebich B.L. et al. « Molecular targets of the antiinflammatory Harpagophytum procumbens (devil’s claw): inhibition of TNFα and COX2 gene expression by preventing activation of AP-1. » Phytother Res. (2012).
8. McGregor G. et al. « Devil’s Claw (Harpagophytum procumbens) : An Anti-Inflammatory Herb with Therapeutic Potential » Phytochemistry Reviews (2005).

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
98

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
29
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
173
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
57
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
81
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
66