ARTICLE
Le cerveau a besoin des acides gras pour fonctionner - Penser Santé

Pour aller plus loin

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Des acides gras essentiels pour le cerveau

Le fonctionnement du cerveau dépend de nutriments tels que les acides gras.

Le cerveau : un forçat gourmand de nutriments

3 % du poids du corps humain mais des pouvoirs immenses et vitaux ! Le cerveau pourrait être comparé à un forçat de l’information, un champion de la communication rapide, dont les besoins sont à la hauteur de la tâche. Alors qu’il représente à peine 3 % du poids du corps, il consomme un tiers du glucose et de l’oxygène !

Comme tout autre organe, le cerveau vieillit et devient moins prompt à traiter les informations. Il met alors plus de temps à réagir, ce qui impacte la mémoire et la concentration.
Le fonctionnement cognitif, et notamment le processus de mémorisation, se nourrit de nutriments apportés par l’alimentation. Des perturbations ne sont quelquefois que le signe d’une carence de certains d’entre eux.

Des lipides particuliers pour les neurones

Si l’on exclut les cellules adipeuses, le cerveau est l’organe le plus « gras » de l’organisme, avec 50 à 60 % de matières grasses.

Pour faire circuler des messages à vitesse grand V, engranger des informations, les traiter et les oublier si besoin, les cellules cérébrales ont adopté des formes spécifiques avec de nombreux prolongements appelés axones, et une composition particulièrement riche en lipides.

Chacune de nos cellules est enveloppée par une membrane constituée d’une double couche lipidique.
Cette bicouche lipidique est composée de phospholipides (PL) dont les principaux sont phosphatidylsérine PS et phosphatidylcholine PC.

Les membranes cellulaires sont composées de phopholipides

Les membranes cellulaires des neurones sont gorgées de lipides dont les acides gras

Parmi les chaînes d’acides gras des phospholipides cérébraux, on retrouve principalement du DHA (acide docosahexaénoïque) aussi appelé acide cervonique (de la famille des oméga-3). 

D’autre part, les bras longs des neurones (ou axones) sont entourés par la gaine de myéline, qui permet d’accélérer la conduction du message, composée elle aussi à 70% de lipides spécifiques.

On comprend mieux l’importance des lipides dans le fonctionnement cérébral ! 

Phospholipides et DHA favorisent la cognition


Les phospholipides assurent la fluidité et l’intégrité des membranes des neurones(1). Des membranes en bon état optimisent le transport des messagers de l’information, les neurotransmetteurs, et donc une bonne communication nerveuse, indispensable au bon fonctionnement cognitif (traitement de l’information, mémorisation, apprentissage, etc.). 

Mais pas de phospholipides de bonne qualité sans DHA
Sachant que l’organisme n’est pas capable de le synthétiser, il doit être apporté par l’alimentation dans des proportions adéquates. 
Le DHA agit sur la formation des neurones et sur leur survie, sur la vitesse de transmission des messages nerveux, sur le tonus artériel, sur le transport du glucose, sur la résistance au stress, l’apprentissage et la mémorisation(2-3-4-5)

Enfin, la phosphatidylcholine permet la production de constituants de la gaine de myéline facilitant la rapidité de véhiculage de l’information(1).

Phospholipides et DHA, constituants membranaires de 1er ordre, sont donc des acteurs nutritionnels essentiels pour le bon fonctionnement cognitif !


1. Küllenberg D et al. Health effects of diatary phospholipids.. Lipids in health and disease.2012, 11:3.
2. Cao D et al. Docosahexaenoic acid promotes hippocampal neuronal development and synaptic function. J Neurochem. 2009 Oct;111(2):510-21.
3. Lukiw WJ et al. A role for docosahexaenoic acid-derived neuroprotectin D1 in neural cell survival and Alzheimer disease. J Clin Invest. 2005 Oct;115(10):2774-83.
4. Layé S. Polyunsaturated fatty acids, neuroinflammation and well being. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids. 2010 Apr-Jun;82(4-6):295-303.
5. Lavialle M.1, Layé S.2 . Acides gras poly-insaturés (omega 3, omega 6) et fonctionnement du système nerveux central. Innovations Agronomiques 10 (2010), 25-42

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
10

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
6
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
3
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
3
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
11
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
6