ARTICLE
Oligonutrition et oligothérapie des recherches en cours

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Oligonutrition et oligothérapie

Deux médecines fondées sur le rôle des oligoéléments sur la santé.

Les terrains de Ménétrier, piliers de l’oligothérapie

Le docteur Jacques Ménétrier est le père de l’oligothérapie. C’est lui qui donna aux oligoéléments leur légitimité thérapeutique dès 1932. Il précisa le rôle clinique de chacun en définissant plusieurs grands types de terrains qu’il nomma diathèses. À chacun de ces terrains sont assortis des symptômes précis. L’inventaire en est fait entre le médecin et son patient.

C’est ainsi qu’est née l’oligothérapie : chaque terrain nécessite l’apport d’un, deux ou trois oligoéléments pour être traité. Depuis d’autres recherches cliniques et biologiques ont étoffé les hypothèses de J. Ménétrier dont l’oligothérapie demeure une référence.

L’oligothérapie, la médecine par les oligoéléments

L’oligothérapie est donc une méthode thérapeutique basée sur l’administration d’oligoéléments.

Il existe 3 courants principaux :

  • l’oligothérapie réactionnelle : se base sur les diathèses définies par Ménétrier et présente une certaine similitude avec l’homéopathie.
  • l’oligothérapie pharmacologique : apport de minéraux à dose importante (avec le risque d’induire certains déséquilibres)
  • l’oligothérapie bionutritionnelle ou oligonutrition : fondée sur la connaissance de la biologie cellulaire, elle apporte à l’organisme l’ensemble des oligoéléments dont il a besoin, à dose physiologique, grâce à des compléments alimentaires  en solutions buvables ou comprimés sublinguaux. 
Si elle ne remplace pas la médecine allopathique, l’oligonutrition est connue pour soutenir l’état général

La médecine par les oligoéléments offre un complément thérapeutique

Les grands principes de l’oligonutrition

L’oligonutrition est une approche personnalisée ayant pour but de restaurer l’intégrité biochimique de l’individu, en relançant les cascades enzymatiques et différents processus métaboliques « en sous régime ».

Pour être efficace et de qualité, l’oligothérapie nutritionnelle doit respecter plusieurs principes :

  • Choix des ingrédients et respect de la naturalité
    Dans son environnement, un oligoélément cohabite avec d’autres sels minéraux et d’autres oligoéléments. Il est important de conserver cette synergie naturelle, pour respecter les strictes conditions de la physiologie humaine. Pour cela, privilégier les ingrédients d’origine naturelle, et solutions à base d’eau de mer, source d’oligoéléments la plus adaptée à l’organisme humain. 
  • Personnalisation
    Le corps humain a besoin de tous les minéraux et oligoéléments, d’où l’intérêt d’opter pour des cocktails de minéraux et oligoéléments. Dans certaines circonstances, il peut être nécessaire d’apporter des doses supplémentaires de certains oligoéléments spécifiques, pour une plus grande efficacité.  
  • Complément alimentaire unitaire ou oligonutrition globale ?
    Tout dépend des besoins immédiats. Pour un coup de pouce à action rapide, mieux vaut opter pour le complément alimentaire unitaire, apportant 1 ou 2 oligoéléments spécifiques. Pour rééquilibrer le terrain sur le long terme, l’oligonutrition et l’association de plusieurs oligoéléments est plus adaptée. 
  • Sous forme ionique
    La dissolution des éléments minéraux dans de l’eau, à une certaine acidité, conduit à la formation d’ions. C’est sous cette forme que les oligoéléments sont les mieux assimilés. De taille infime, ces ions passent rapidement dans le sang et les liquides organiques. Leur efficacité au niveau enzymatique est optimale, les déficiences comblées.
  • Des doses physiologiques
    Pour favoriser l’absorption et éviter les compétitions d’assimilation, les oligoéléments doivent être apportés à doses relatives étudiées pour chacun d’entre eux. Qui dit doses physiologiques dit doses faibles, biologiquement suffisantes. Cette notion de dose est fondamentale : "trop" peut être aussi nuisible que "trop peu". Enfin, cet apport adapté permet de lever les blocages fonctionnels et les processus vitaux.
  • Voie d’absorption
    La voie d’absorption idéale est la voie perlinguale qui consiste à garder en bouche le liquide pendant une à deux minutes pour que l’absorption des ions se fasse directement dans le sang. Cette forme pénètre plus efficacement dans les vaisseaux sanguins et lymphatiques en évitant les phénomènes de compétitions d’absorption intestinale.
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
10

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
10
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
6
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
7
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
5