ARTICLE
Qu’est-ce que l’intolérance au lactose ?

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Qu’est-ce que l’intolérance au lactose ?

L’intolérance au lactose touche une grande partie de la population mondiale.

Intolérance au lactose : qu’est-ce que c’est ?

Le lactose est le principal sucre du lait. On le trouve ainsi dans les produits laitiers, en plus ou moins grande quantité. Au cours de la digestion, le lactose est découpé par une enzyme intestinale, la lactase, en sucres simples qui seront assimilés à travers la muqueuse intestinale. Si la lactase n’est pas produite en quantité suffisante, le lactose est mal digéré et arrive tel quel dans le gros intestin où il est fermenté par les bactéries du microbiote. Ce processus de fermentation entraîne la production de gaz accompagnée de flatulences, ballonnements, douleurs abdominales et diarrhées. On parle alors d’intolérance au lactose, généralement due à un déficit en lactase.

Attention toutefois à ne pas confondre intolérance au lactose et allergie aux protéines de lait : il s’agit de 2 pathologies distinctes bien que leurs symptômes soient souvent identiques. Il n’existe pas d’allergie au lactose. En revanche, l’allergie aux protéines de lait touche environ 2 % de la population, et est une réaction du système immunitaire vis-à-vis d’une ou plusieurs protéines contenues dans le lait. Outre des symptômes digestifs similaires à ceux des intolérants au lactose (diarrhées, douleurs, etc.), l’allergie aux protéines de lait peut provoquer des symptômes respiratoires (toux, éternuements) et cutanés (eczéma, urticaire) et des complications.

Les causes de l’intolérance au lactose

Chez la plupart des mammifères dont les humains, l'activité de la lactase diminue avec l’âge : on parle de non persistance de la lactase. En effet, les mammifères n’étant plus sensés consommer le lait maternel après la phase de sevrage, la lactase devient donc inutile passé la petite enfance.

C’est pourquoi de nombreux adultes ont des difficultés à digérer les produits laitiers et développent cette intolérance au lactose.

Une intolérance au lactose peut également faire suite à une maladie de l’intestin (maladie cœliaque, gastro-entérite, maladie de Crohn…) qui affecte l’intégrité de la muqueuse intestinale, qui de ce fait ne parvient plus à produire suffisamment de lactase. Elle peut durer plusieurs semaines, le temps que la muqueuse intestinale « guérisse ».

Enfin l’intolérance au lactose peut être due à un déficit congénital en lactase qui se développe donc dès la naissance. Toutefois, cette maladie génétique est extrêmement rare : elle résulte d’une mutation génétique du gène LCT qui se situe sur le chromosome 2 et dont l’expression permet la synthèse de lactase.

La prise en charge de l’intolérance au lactose passe par une élimination temporaire du lactose dans le régime alimentaire, puis une réintroduction progressive jusqu’à atteindre le seuil de tolérance. La prise de compléments à base de lactase* est également recommandée pour améliorer l’absorption du lactose et limiter les symptômes digestifs.

*Ameli.fr - Intolérance au lactose : quel régime alimentaire ?

Intolérance au lactose : pas tous égaux

On estime que la carence en lactase à l’âge adulte touche environ 75 % de la population mondiale. Cependant, on observe de profondes disparités géographiques. La population asiatique par exemple est généralement très touchée par l’intolérance au lactose. En France, 30 à 50 % des adultes présentent une intolérance au lactose, mais avec plus de Français intolérants dans le sud que dans le nord du pays.

Pourquoi de telles différences ? La réponse est dans nos gènes et dans l’histoire de nos ancêtres. Avant la domestication du bétail, les Hommes ne consommaient plus de lait passé le sevrage, et la lactase disparaissait peu à peu. Mais suite à l’élevage d’animaux producteurs de lait (vache, chèvre, brebis) il y a environ 10 000 ans, des mutations génétiques maintenant la lactase en activité jusqu’à l’âge adulte sont apparues et se sont propagées dans les populations et les régions où le lait était consommé : Europe du Nord, Caucase, Europe centrale. A l’inverse, dans les régions où la consommation de lait est restée faible telles que l’Asie ou l’Afrique, les individus intolérants au lactose sont beaucoup plus nombreux.

http://ciriha.org/index.php/alimentation-equilibree/54-ciriha-fr/allergies-et-intolerances/dossier-scientifique/tableaux/77-pourcentage-de-l-intolerance-au-lactose-selon-les-regions-geographiques

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
34
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
32
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
11
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
13
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
20