ARTICLE

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Les micronutriments bienfaiteurs de la prostate

Quels micronutriments sont favorables au confort masculin ? Comment agissent-ils ?

Le stress oxydatif : l’ennemi numéro 1 de la prostate !

On parle de stress oxydatif lorsque l’organisme n’arrive plus à éliminer les radicaux libres produits. Ses capacités anti-oxydantes sont dépassées par ces agresseurs abimant les tissus par une réaction dite d’oxydation. Dans l’hypertrophie bénigne prostatique notamment, la prostate subit ces dégradations amplifiées par un faible nombre de molécules de réparation. On comprend aisément pourquoi les antioxydants, en protégeant les cellules contre ce stress oxydatif, ont toute leur place dans la prévention des troubles prostatiques…

C’est le cas des vitamines C, E, sélénium, et zinc, entre autres ! Ils ont montré un réel bénéfice chez l’homme lors d’une étude, SU.VI.MAX, de grande envergure et suivie durant 8 années.  Le risque de survenue de tumeur prostatique a été divisé par deux.

Par ailleurs, le lycopène, antioxydant puissant, a montré lors d’études, son intérêt dans la réduction du risque de cancer de la prostate.

Au-delà de ces propriétés anti-oxydantes, le sélénium permet aussi de régénérer les vitamines C et E, elles-mêmes anti-oxydantes. On parle de synergie, leur association permet de renforcer leur efficacité !

Quant au zinc, véritable atout masculin, il contribue aussi au maintien d'un taux normal de testostérone dans le sang. Et le rôle de la testostérone dans le bon fonctionnement de cette glande masculine n’est plus à prouver !

Quelle alimentation permet de tirer profit de ces précieux micronutriments ?

On trouve du lycopène dans les tomates, et particulièrement lorsqu’elles sont cuites. Mieux vaut donc, privilégier les sauces et soupes pour profiter pleinement de ses bénéfices. De plus, on l’accompagnera d’un peu d’huile d’olive pour optimiser son efficacité car il est liposoluble, c’est à dire qu’il se dissout dans les matières grasses.

Parmi les sources de vitamine C, on peut mentionner le kiwi, le persil, et bien sûr les agrumes alors qu’on trouvera préférentiellement la vitamine E dans les huiles végétales, les graines ou le germe de blé. Quant au zinc, on le retrouve dans les produits de la mer, la viande, les abats tout comme le sélénium aussi présent dans les noix du Brésil. On l’aura compris, favoriser une alimentation diversifiée est le meilleur moyen de prendre soin de sa prostate !

Claire Alcalay


Références :

JOSHI S. et al. « Dietary zinc deficiency effects dorso-lateral and ventral prostate of Wistar rats: histological, biochemical and trace element study. » Biol Trace Elem Res. (2014).

HERCBERG S. et al. « The SU.VI.MAX Study: a randomized, placebo-controlled trial of the health effects of antioxidant vitamins and minerals. » Arch Intern Med. (2004)

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1