ARTICLE

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Surpoids : et si on se trompait de coupable ?

On pense souvent à tort que la consommation de graisses en excès est l’unique responsable du surpoids.

Le gras, ennemi de votre régime ?

Le mythe selon lequel « le gras c’est mauvais » est bien ancré dans nos idées. Face à l’épidémie d’obésité qui se répand dans le monde depuis quelques décennies, on a tendance à considérer que le principal coupable est la consommation accrue de graisses. Et l’accusation paraît logique : si nous grossissons, c’est parce que nous stockons des graisses. Mais nous avons tort de croire que toutes les graisses que nous mangeons vont directement se stocker dans nos bourrelets ! De plus, toutes les graisses ne se valent pas, certaines comme les acides gras oméga-3, -6 et -9 sont bénéfiques à notre santé car indispensables à la formation des membranes de nos cellules et à l’activité cérébrale. Or, la majorité des Français souffre de carences en ces bons acides gras ! Les mauvaises graisses se retrouvent davantage dans les produits industriels sous forme de graisses saturées.

Certes, nous consommons trop de matières grasses au regard des recommandations officielles : alors qu’elles devraient représenter 30 à 35 % de l’apport énergétique, cette part dépasse souvent les 40 %. Mais surtout, ce sont les glucides simples que nous surconsommons.

Or, le stockage de graisse et la prise de poids résultent d’un déséquilibre entre apports et dépenses énergétiques.

Le sucre serait le véritable coupable

Si le sucre consommé n’est pas directement utilisé par l’organisme, celui-ci va tenter de réguler la glycémie (taux de sucre dans le sang) en libérant de l’insuline. Cette hormone favorise le stockage du glucose sanguin en excès sous forme de glycogène dans le foie ou dans les muscles. Cependant, ces réserves de glycogène finissent par se saturer, l’organisme va alors convertir le glucose en triglycérides, c’est-à-dire en graisses !

Ainsi, si nous absorbons trop de glucides fortement sécréteurs d’insuline, nous allons stocker ce sucre sous forme de graisses et alimenter la prise de poids.

Mais attention, comme les graisses, tous les sucres ne sont pas si mauvais. Ceux qui font grossir sont surtout ceux qui provoquent des pics d’insuline. On parle alors d’aliments à index glycémique élevé : sucre blanc, viennoiseries, confiseries, pain blanc, farine blanche... mais aussi frites, pizzas et gâteaux industriels, qui ne sont pas seulement riches en graisses saturées mais contiennent aussi beaucoup de sucres cachés.

Bannir le sucre ?

Attention toutefois à ne pas trop diaboliser le sucre comme cela a pu être fait avec le gras. Sucres, graisses mais aussi protéines constituent la base de la nutrition et de notre alimentation, et aucun de ces groupes ne doit être éliminé ni même négligé.

Il n’y a pas d’unique coupable de l’obésité observée à travers le monde. Le problème provient plutôt du déséquilibre entre les apports énergétiques totaux et la dépense physique. Lorsque l’on mange trop, peu importe qu’il s’agisse de lipides ou de glucides, l’organisme stocke l’énergie (les calories) en excès sous forme de gras.  Si ce déséquilibre s’installe, une seule solution pour éviter la prise de poids : bouger !

Natacha Calmels

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :