ARTICLE
À partir de 60 ans, les vitamines antioxydantes sont indispensables, mais à la bonne dose.

L'essentiel

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Vitamines antioxydantes après 60 ans

Elles stimulent le métabolisme et luttent contre les radicaux libres.

L’action des vitamines sur le vieillissement

Vieillir c’est subir l’amoindrissement du processus de régénération du corps, le ralentissement de son métabolisme enzymatique.  Sont en cause l’arrêt ou la baisse des sécrétions hormonales et les attaques des radicaux libres, ces dérivés de l’oxygène qui font « rouiller » l’organisme. À partir de 60 ans, il est donc plus que jamais nécessaire de faire le plein de ces vitamines antioxydantes pour stimuler le métabolisme.

La vitamine A

La vitamine A (rétinol) agit sur la vision, la peau, les muqueuses et protège les systèmes immunitaire et cardio-vasculaire. Exclusivement d’origine animale, on la trouve dans l’huile de foie de morue, le foie cuit,le beurre, le pâté, la charcuterie, les fromages, le jaune d’œuf cru. Certains légumes ou fruits (carotte, pissenlit, persil, laitue, légumes verts, fruits et végétaux à chair jaune ou orange)contiennent du bêta-carotène, que le foie transforme en vitamine A, d’où son nom de précurseur de vitamine A ou provitamine A.

La vitamine E

La vitamine E (tocophérol) protège contre l’oxydation provoquée par les radicaux libres. Elle lutte contre le vieillissement, les maladies cardiovasculaires et neuro-dégénératives, surtout si on l’associe aux vitamines A et C. L’huile de tournesol, la mayonnaise, les germes de blé, les amandes avec leur peau, les tomates, kiwis, choux et légumes verts à feuilles en renferment.

La vitamine D2 et D3

La D2 (ergocalciférol) est synthétisée sous l’action des rayons du soleil et la D3 (cholécalciférol)est d’origine animale (huile de foie de morue, poissons gras, jaune d’œuf, céréales, foie, produits laitiers). En se fixant sur le calcium des os, ces vitamines solidifient le squelette et préviennent l’ostéoporose. Elles contribuent aussi à lutter contre le déclin cognitif. Comme il est très difficile d’en absorber suffisamment, une supplémentation systématique en vitamine D chez la femme de plus de 65 ans paraît indiquée à l’approche de l’hiver et complétée tout au long de l’année si nécessaire.

Les vitamines K1 et K2

Les vitamines K1 (phylloquinone) etK2 (ménaquinone). La K1 (thym, persil, pissenlit cru, épinard cuit, cresson cru, choux cuits, salade) joue un rôle majeur dans la coagulation du sang, pour stopper une hémorragie. La K2 (Edam, jaune d’œuf cru, beurre doux, salami, emmental, choucroute, viande de porc, lait et yaourt au lait entier) favorise le dépôt de calcium dans les os et les dents, de pair avec la vitamine D. Elles protègeraient aussi contre des maladies cardiovasculaires et neurodégénératives.

Les vitamines du groupe B

Les plus importantes sont la B1 (thiamine), vitamine anti-déprime, la B2 (riboflavine) qui permet de produire l’énergie nécessaire à l’organisme, la B6 (pyridoxine) qui joue un rôle essentiel dans le métabolisme des protéines, la B9 (acide folique) et la B12 (colabamine), qui sont toutes deux anti-anémiques. On les trouve dans la levure alimentaire, les fruits oléagineux, le foie, les coquillages, les poissons gras, le jaune d’œuf cru, le cresson, les épinards, l’oseille, la mâche...

La vitamine C

La vitamine C (acide ascorbique). Elle diminue l’action néfaste des radicaux libres, stimule les défenses immunitaires, aide à lutter contre les infections et combat la fatigue. Sources : cerise acérola, cassis, persil, poivrons, estragon, kiwi, litchi, fraises, framboises, choux, cresson, agrumes...

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
3

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
3
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
7
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4