ARTICLE

Pour aller plus loin

Partager

FacebookTwitterLinkedInPinterestEmail

Obésité et microbiote

Le rôle du microbiote intestinal dans la prise de poids et l’obésité a récemment été mis en évidence.

Inégaux face à la prise de poids 

Vous l’aurez remarqué, nous sommes souvent bien inégaux face à la prise de poids. Quand certains grossissent sans faire d’excès, d’autres ne prennent pas un gramme. Une inégalité due entre autres à notre métabolisme de base, qui varie d’une personne à une autre. Ainsi, pour un apport calorique identique, certains vont être plus enclin à stocker l’énergie sous forme de graisses, donc à prendre de l’embonpoint. 

Mais le métabolisme ne fait pas tout ! Ces dernières années par exemple, un lien a été établi, sans pour autant être clairement expliqué, entre microbiote intestinal et obésité. En effet le microbiote intestinal, cet organe à part entière constitué de milliards de bactéries, est propre à chacun et varie en quantité et en diversité d’un individu à un autre. Ainsi, le microbiote d’une personne obèse pourrait être bien différent de celui d’un individu à corpulence normale…

Obésité : un microbiote moins riche et moins diversifié   

Depuis plusieurs années, les scientifiques s’intéressent au lien entre microbiote intestinal et surpoids ou obésité. Ainsi, des études montrent que les personnes obèses présentent un profil de microbiote intestinal particulier. Plus précisément, des études effectuées chez l’Homme associent l’obésité à une faible diversité bactérienne : les individus qui présentent un microbiote pauvre (peu diversifié) présentent une adiposité et un surpoids plus prononcés.

L’influence du microbiote sur la prise de poids a été confirmée par des études chez la souris : soumises à un même régime alimentaire riche en graisses, des souris dépourvues de microbiote grossissent moins que des souris normales. Et cette influence est transmissible, puisque l’implantation d’un « microbiote obèse » à des souris sans microbiote entraîne une augmentation de la masse graisseuse !

Toutefois, ce déséquilibre au sein du microbiote est réversible : une perte de poids semble permettre un retour à un microbiote similaire à celui d’une personne non obèse. L’alimentation jour également un rôle important, car des études montrent que la mise en place d’un régime plus équilibré et riche en fibres permet d’augmenter la richesse bactérienne du microbiote de personnes obèses ou en surpoids. 
Reste à savoir si la pauvreté du microbiote est une cause de l’obésité, ou bien si à l’inverse l’obésité est responsable de cet appauvrissement… Les résultats obtenus chez la souris par transplantation de microbiote laissent toutefois penser qu’un microbiote déséquilibré favorise l’obésité.

Le microbiote des personnes obèses manque de diversité

Des microbiotes différents entre individu de corpulence normale et individu obèse

Comment le microbiote favorise l’obésité ?

Le microbiote pourrait être impliqué dans notre métabolisme énergétique : les bactéries intestinales, en dégradant les résidus de nos aliments, pourraient fournir de l’énergie à notre organisme. Ainsi, le microbiote d’individus obèses serait capable d’extraire plus d’énergie de l’alimentation, donc de favoriser la prise de poids par rapport au microbiote d’individu de corpulence normale.
Cet effet serait dû à un type bactérien particulier, les firmicutes, qui sont anormalement majoritaires chez les personnes obèses. Ces firmicutes ayant une bonne capacité à digérer les glucides, ils fournissent un apport énergétique supérieur et le glucose libéré en excès dans le sang favorise le stockage sous forme de graisse.

Par ailleurs, les bactéries du microbiote sécrètent diverses molécules qui influencent la prise de poids, le stockage des graisses, mais aussi notre appétit et la prise alimentaire. 

Agir sur le microbiote pour soigner l’obésité ?

L’ensemble de ces résultats montre que le microbiote intestinal est une cible thérapeutique potentielle dans la gestion de l'obésité et des troubles liés à l'obésité : modifier le microbiote pourrait permettre aux personnes obèses de retrouver un profil bactérien normal et un poids convenable. De nombreuses études restent donc à faire afin d’éclaircir le rôle exact du microbiote dans la prise de poids. 

Toutefois, des études chez la souris ont mis en évidence que la prise de prébiotiques permettrait de diminuer la masse graisseuse. Selon d’autres études, l’administration de prébiotiques permettrait d’augmenter le nombre de bifidobactéries au sein du microbiote d’individus obèses, favorisant ainsi un retour à un microbiote « normal ».


Cotillard A. et al. « Dietary intervention impact on gut microbial gene richness. » Nature (2013).
Le Chatelier E. et al. « Richness of human gut microbiome correlates with metabolic markers. » Nature (2013).
Turnbaugh P. et al. « An obesity-associated gut microbiome with increased capacity for energy harvest » Nature (2006). 
Delzenne N.M. et al. « Targeting gut microbiota in obesity: effects of prebiotics and probiotics. » Nat Rev Endocrinol (2011).
Cani P.D. et al. « Selective increases of bifidobacteria in gut microflora improve high-fat-diet-induced diabetes in mice through a mechanism associated with endotoxaemia. » Diabetologia (2007).

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
1

Une QUESTION ? un commentaire ? N’hésitez pas

À consulter

Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
2
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :
4
Ce contenu vous a intéressé, notez-le :